Prologue

Par Cla
Notes de l’auteur : Nouvelle version du début, qui devrait rester ainsi jusqu'à la fin du premier jet ! (Normalement ^^.)
Je repars sur des chapitres tous frais, avec un agencement différent, même si l'histoire reste globalement la même.

Bonne lecture. :)

màj : 24/05/23

La silhouette d’une jeune Mérienne se faufile dans la forêt nébuleuse. Autour d’elle, les arbres gigantesques au feuillage rouge sang s’élèvent. Immobiles. Impénétrables. Identiques. Leur cime est engloutie par la brume lactescente, épaisse comme la fumée d’un feu dévorant tout sur son passage.

Pourtant, rien ne brûle jamais par ici.

Rhya tournoie sur elle-même, s’arrête et choisit un arbre au hasard. Lorsqu’elle s’agenouille en déposant son sac à côté d’elle, la terre ocre crisse sous le poids de son corps.

— Voyons qui tu es, chuchote-t-elle.

Elle appose ses mains au contact d’une protection magique, invisible, qui, elle le sait, encercle le tronc et s’élève dans les hauteurs, bien au-delà des premières branches. Elle peut en sentir les imperfections.

L’adolescente clôt ses yeux aux éclats vert émeraude, prend une profonde inspiration, puis expire lentement. La concentration tire les traits encore juvéniles de son visage. Tous les muscles de son corps se tendent dans un seul but : contrôler l’énergie de son pouvoir qui pourrait la consumer. Sous la manche de son pull en laine, juste au niveau de son poignet gauche, un tatouage en forme de goutte d’eau prend soudain une douce lueur turquoise. Aussitôt, les minuscules gouttes accrochées au bout de ses doigts, mélange de sueur et rosée, s’agglutinent et glissent le long de ses ongles jusqu’à s’étaler contre la carapace magique. La fine pellicule qui se constitue, s’étend, devient plus agressive. L’eau suintante infléchit la barrière translucide, en déchire le voile, le brise, l’anéantit, et provoque une onde de choc qui projette Rhya en arrière. Sa tête cogne la terre poussiéreuse. Ses jambes, toujours repliées sous elle, lui arrachent une grimace de douleur. Elle se relève avec difficulté, fort heureusement intacte, et époussète ses vêtements.

Devant elle, un rayon de lumière perce le ciel. Rhya se rapproche, touche l’écorce lisse et claire. Au-dessus d’elle, les feuilles aux bords dentés sont caduques. Le soleil qui les transperce illumine leur chlorophylle.

La bulle qui enfermait l’arbre a disparu.

Rhya sourit, elle peut enfin l’identifier.

— Tu es encore jeune mon cher Chêne, murmure-t-elle avec tendresse.

Elle l’enlace, pose sa tête contre son tronc, avant d’y coller une oreille pointue pour écouter la sève circuler des racines jusqu’aux branches supérieures. Mais, le tumulte qu’elle décèle la désarçonne. Une bourrasque violente la repousse tandis qu’un nuage de spores rouges lui saute au visage.

Elle n’a pas le temps de paniquer, ni même d’invoquer sa magie pour se défendre. Une inspiration a suffi pour que les particules écarlates infiltrent ses parois nasales, se répandent dans son sang et paralysent son système nerveux.

La jeune Mérienne tétanisée bascule face contre terre, inconsciente.

Dans ses cheveux emmêlés, une feuille tombée du chêne se coince, comme si elle venait de trouver un coin douillet où se poser.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Contesse
Posté le 26/05/2023
Bonjour Cla !

Je découvre ton histoire avec plaisir ! J'aime beaucoup cette ambiance sereine, d'harmonie entre les humains (ou assimilés) et la nature. Les pouvoirs du personnage principal ont l'air très intéressants. La description que tu en fais a beaucoup de charme et de douceur, et ça donne assez envie d'en apprendre plus sur sa nature et ses capacités :)
Une fin très abrupte avec un retournement très soudain ahah, c'est bien joué niveau suspens, on a envie de tourner la page tout de suite ça c'est sûr ;P

Des petits détails qui m'ont fait tiquer (tu n'es absolument pas obligée de les prendre en compte, ce n'est que mon avis naturellement ^^):

« Elle appose ses mains au contact d’une protection magique, invisible, qui, elle le sait, encercle le tronc et s’élève dans les hauteurs, » On comprend l’idée mais c’est juste que normalement on n’appose pas ses mains au contact de, la formulation n’est pas très correcte, on dit plutôt qu’on appose ses mains sur... quelque chose ;)

« Au-dessus d’elle, les feuilles aux bords dentés sont caduques. Le soleil qui les transperce illumine leur chlorophylle. » --> Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris le sens de cette première phrase ? L’utilisation du mot caduque m’a fait buguer ^^ Normalement ça s’emploie pour quelque chose qui n’est plus d’actualité, dépassé... et là je ne comprends pas trop ce que ça signifie du coup ? Peut-être qu’on gagnerait en clarté avec un mot plus approprié au contexte ?

Voilà voilà, ce fut un plaisir de découvrir ton univers ! A bientôt j’espère ;)
Cla
Posté le 29/05/2023
Bonjour Contesse !

Merci beaucoup pour ta lecture, et tes mots ! ^^

Merci beaucoup pour ton avis ! Ce sont exactement les passages où je me suis dit : "mouais, bon, pour le moment, ça ira très bien, on verra aux corrections x')". Je vais donc garder précieusement tes remarques :).

Pour le mot « caduque », c'est une caractéristique des feuilles des chênes. Et, je crois bien que j'avais dû mettre au début : "les feuilles aux bords dentées "et" caduques". Je reviendrais sûrement à cette formulation, ou alors j'enlèverais "caduques". J'ai pas mal hésité à utiliser ce mot vu cette autre définition en effet. ^^ D'ailleurs, je suis en train de vérifier les locutions (merci Antidote :p), et ce serait plus adéquat de l'utiliser pour le "feuillage" qui est "caduc", et qui signifie qu'il tombe une fois dans l'année (notamment pour les chênes). Mais du coup, je pense que tu as raison, je vais juste garder "dentées" pour la description des feuilles. ^^

Et pour "apposer", my bad, je ne savais pas qu'il fallait un complément !!! Merci beaucoup :). Rhya va juste "poser" ses mains à mon avis, ou "palper" la protection ? Je verrai ^^.

En tout cas, merci mille fois Contesse !

À bientôt ! :)

Clara
Contesse
Posté le 29/05/2023
Oooh, si le mot caduc renvoie à un terme propre aux chênes alors my bad ! C'est moi qui ne connaissais pas ce mot et qui suis partie dans mon délire toute seule ahah ^^
Oublie ce que j'ai dit dans ce cas, c'est totalement logique que tu utilises le terme dans ce contexte :)

Et rien, ravie d'avoir pu aider ;)
Cla
Posté le 29/05/2023
Non, non ! Au contraire ! C'est génial d'avoir pu avoir ton retour ! Tu n'es pas du tout partie dans un délire ahah ^^.
Il faudra quand même que je retravaille le passage :).

Oui ! :) Merci encore ! :)
Contesse
Posté le 30/05/2023
Alors ravie d'avoir pu aider :D
Bon courage pour tes corrections ;)
Tynah Paijy
Posté le 12/04/2023
Hello !

Hé bien ! Un prologue qui envoie du lourd! Tu as une plume très belle, des mots qui permettent de visualiser les scènes comme si nous y étions ! Et cette fin qui laisse traîner le suspense est accrocheuse !

Hâte d'en apprendre plus sur ta jeune Mérienne !
Cla
Posté le 12/04/2023
Hello !

Merci beaucoup pour tes mots et ta lecture !

Contente que ce prologue t'ait donné envie de continuer !

À bientôt alors ! ^^

Merci encore. :)

Clara

Vous lisez