10 - Une école de caractère

Notes de l’auteur : Bonne lecture

 

Comme toute bonne mère de famille qui se respecte, Malakel attendit que les enfants soient entrés dans l'école pour rebrousser chemin. Ici tout le monde le connaissait mais de l'avis d'Elias sa présence aurait certainement perturbés ces adolescents, et puis il n'y avait aucun danger possible à l'intérieur de ces murs.

Nour passa la large porte, qui n'était pas en bois comme l'avait cru, mais en nacre tellement fine qu'elle laissait filtrer la lumière du soleil. On entrait dans une très grande pièce qui desservait plusieurs couloirs et un escalier. Un ciel étoilé était peint au plafond, où se disputaient dragons, chimères et hommes armés d'épées et d'arcs. Les murs brillaient sous le lambris ciré, et sur certains des murs étaient alignés des dizaines de casiers en bois où les élèves rangeaient leurs affaires. Des extrémités du hall partaient des couloirs menant aux salles de classe, toutes indiquées par des écriteaux en ardoise. Nour suivit Oren jusqu'à son casier, tête en l'air, observant tout autour d'elle.

— Tout le monde t'observe Nour Apsoum, commenta alors Timéo, qui était bien décidé à la suivre partout, comme un scientifique étudiant un nouvel élément.

Nour déglutit, avant de regarder ses chaussures. Elle n'avait pas envie d'être le centre d'intérêt, et ici il y avait beaucoup d'adolescents, et elle n'aimait pas les adolescents. La rumeur enfla, et bientôt un tas d'élèves se pressèrent autour d'elle. Des questions fusèrent de toutes parts, certaines tout à fait normales comme: "Pourquoi les terrayens ne voyagent pas vers les autres mondes ?" Est-ce que votre soleil est le même que le nôtre ? Mais d'autres plus surprenantes, comme ; "C'est vrai que des démons vivent dans ton monde ?"

— C'est la stricte vérité, leur répondit Nour, par provocation.

Sont tous les mêmes.

Beaucoup ouvrirent de grands yeux, stupéfaits.

– C'est PAS une terrayenne, intervint une jeune fille à la peau noire et aux oreilles pointues. Vous ne connaissez donc pas votre histoire ? demanda-t-elle à l'assemblée.

Une elfe, UNE ELFE. Nour tenta de faire bonne figure, pourtant l'excitation l'étreignit tout entière.

Anya, car c'était son nom, avait la grâce d'une danseuse, la langue bien pendue, et le venin comme arme. Elle aimait corriger, tacler, reprendre et contredire ses camarades, et sortait trop souvent gagnantes de ces joutes verbales. Mais son air angélique, ses longs cils que terminaient ses yeux noirs, sa politesse et son statut de « fille de » la rendaient populaire auprès des adultes. En bref, elle menait son monde à la baguette.

– C'est bien ce que je pensais, reprit-elle avec mépris. Quand Myrddin a fui Terra, il a emmené son savoir avec lui, et là-bas, personne n'a connaissance d'un portail. D'après ma mère, ce sont des demeurés. Donc, ELLE n'est pas terrayenne, fit-elle en désignant Nour d'un menton dédaigneux.

– C'est pas très loyal de traiter quelqu'un de menteur alors qu'on ne le connaît même pas, dit un garçon plus âgé. Pas sûr que Sa majesté apprécie.

Sa majesté ?!

– Mon frère a raison, ajouta une jeune fille, probablement du même âge que le garçon. Ca fait des centaines et des centaines d'années que Myrddin a quitté son monde, ceux de Terra ont peut-être évolué, tu ne peux pas le savoir.

Beaucoup manifestèrent leur accord avec le frère et la sœur, et Nour leur en fut silencieusement reconnaissante. La cloche retentit alors dans le hall, interrompant le chahut et dispersant une partie de la foule.

– La politesse, dont je sais que tu es une fervente partisane Anya, voudrait que des présentations soient faites dans les règles de l'art, intervint Timéo. J'aimerais beaucoup rester mais je souhaite encore plus ne pas être en retard en cours.

Timéo s'éloigna en trottinant tandis que l'elfe haussait les épaules.

– Elle, c'est Nour Apsoum, se lança Oren. Voici Anya, dit-elle en montrant l'elfe.

– La princesse Anya, le coupa la garçon.

– Oui, la princesse Anya, fille de Kamala reine des elfes de lune, se reprit Oren. Et les jumeaux s'appellent Elijah et Azénor.

– Azénor et Elijah Hiver, rectifia Anya. Alors pas la peine de faire croire que vous êtes du peuple. Je ne sais pas si la supposée terrayenne a déjà rencontré ce vieil acariâtre de conseiller Hiver, mais les jumeaux sont ses petits enfants.

Mince alors.

Les jumeaux ne ressemblaient pas du tout aux vieillard. Mais ils avaient exactement le même visage, la même taille et les mêmes yeux vairons. Les regarder quand ils étaient côte à côte était assez perturbant, on avait alors l'impression d'être en face de trois visages différents. Les similitudes s'arrêtaient là, Azénor était aussi brune qu'Elijah était roux, et si le frère paraissait fantasque et agité, sa sœur incarnait la sagesse et l’aplomb.

 

– Saperlotte, s'exclama Elijah.

— C'est Ezékiel Pom, le gardien, murmura Oren.

L'homme portait une légère barbe, des lunettes et un bonnet gris sur la tête. Son balai, qu'il tenait d'une main semblait lui servir de canne.

— Vous vous croyez où là ? fit l'homme d'une voix rauque et autoritaire. Vous l'aurez remarqué, le Sanctuaire accueille une nouvelle élève. Comme nous elle possède deux bras et deux jambes, alors j'ose espèrer que vous lui avez fait bon accueil. Maintenant, en classe, et dans le calme, ordonna-t-il. Mais toi Nour tu restes avec moi.

À contrecœur, Oren laissa une Nour toute penaude, avant de filer en classe à toutes jambes. Le gardien désigna un escalier en levant son balai et invita Nour à avancer.

—  Je t'emmène voir la directrice. Il y a plus sympathique que Madame Vilain, alors réponds brièvement, ne la contredit pas et ça se passera bien. Je préfère te prévenir, l'intégration s'annonce difficile, annonça-t-il tandis qu'ils gravissaient l'escalier. Tous les mondes se ressemblent tu sais, les mêmes espoirs, les mêmes désillusions, les mêmes petits crétins. Je me trompe ou t'es pas une bavarde ? demanda-t-il avec un léger sourire en coin.

— Je crois qu'il est préférable que je me taise, répondit-elle avec une grimace.

– Pourquoi ? T'en fais pas pour Anya, c'est une peste avec tout le monde.

C'était certain que l'elfe lui donnerait du fil à retordre, mais il n'y avait pas que ça. Elle avait l'impression de marcher sur des œufs, et que le moindre faux pas, ou en l'occurence la moindre parole pourrait l'emmener sur l'échauffaud.

– C'est que, je suis pas à ma place ici.

Ezékiel Pom stoppa sa marche au milieu des escaliers, et après un rapide regard par dessus la balustrade il se pencha vers Nour.

– Ecoute petite, je vais te dire quelque chose. Ton histoire à déjà fait le tour d'Epoké, et certaines personnes sont pas d'accord avec Hiver, ne rien tenter pour réunir une famille, c'est pas bien. Je te conseille de profiter du voyage et laisse les adultes s'occuper de ça. C'est pas dans ton intêret de pas l'ébruiter, si tu le fais tu mettras du monde dans le pétrin, et là tu resteras coincé ici, tu comprends ?

Nour hocha la tête. Elle repensa immédiatement à Méroé, le conseiller Hiver l'avait pourtant menacé.

Fais profil bas et tu seras bientôt à la maison.

Quand ils furent sur le palier, le gardien lui indiqua une porte.

– Bientôt, quand tu auras des questions, viens me trouver, dit-il avant de redescendre dans le hall.
 

Le bureau de la directrice Vilain était meublé sommairement, un large bureau, deux chaises à l'air inconfortable posées devant, et une grande bibliothèque sur tout un pan de mur. La quinquagénaire leva la tête puis abaissa ses lunettes demi-lune sur le nez, avant de longuement toiser la jeune fille.

– Sache que tu ne m'impressionnes pas le moins du monde, lâcha-t-elle de but en blanc. Si le conseiller Hiver ne me l'avait pas demandé comme une faveur, jamais je ne t'aurais accepté au Sanctuaire. L'élite de la galaxie étudie ici et je ne tolérerais aucun désordre, surtout pas de la part d'une terrayenne.

La directrice se leva, fit le tour du bureau et vint se poster devant Nour qui, droite comme un i, semblait s'être vissée au sol. Les cheveux argentés de Madame Vilain étaient coupés courts, et Nour admira ses beaux yeux bleus.

– Sais-tu lire et écrire ?

– Evidemment, s'offusqua Nour.

– Connais-tu l'algèbre ? L'astronomie ? La phytothérapie ?

Mince alors.

– On fait moins la maligne, fit-elle d'un air triomphant. Etant donné ton manque total d'instruction, tu étudieras avec les premières années, je ne peux pas faire moins.

Au moins elle me renvoie pas. J'espère que j'aurais pas à remercier le vieil Hiver.

Pom te fournira tes livres et tout ce dont tu auras besoin, je ne peux que te conseiller d'étudier jour et nuit pour rattraper les autres. Et tâche de ne pas te faire remarquer, même si ça paraît impossible. Si tu as des questions, pose-les à quelqu'un d'autre que moi. Tu peux disposer, dit-elle avec un geste de la main.

Nour sortit du bureau quelque peu désapointée. Au moins, la directrice avait été claire, elle la méprisait, même sa vue semblait l'écoeurer. C'était étrange, Nour avait toujours associé la méchanceté à la laideur, la gentillesse à la beauté. Mais cette femme était aussi belle qu'elle paraissait cruelle.

A quoi je vais me fier moi maintenant !!

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Claire May
Posté le 02/02/2023
Re-bonjour :)
Petit passage bien mené. Les personnages se dessinent bien, avec finesse et originalité. Petit bémol pour la directrice qualifiée de "cruelle", je trouve ça un peu fort.
A très vite
sifriane
Posté le 02/02/2023
Re,
Oui c'est pas faux, c'est trop fort et un peu facile.

A très vite :)
Vincent Meriel
Posté le 17/12/2022
Bonjour !

Voilà une école de magie comme on les aime ^^ même si j'espère qu'Anya sera plus qu'une rivale snobe.

Ezékiel semble intéressant, il a moins l'air du côté de Nour, et ne fait pas trop dans le rétention d'informations. C'est bien ! C'est aussi rassurant de voir que tout le monde n'est pas aussi idiot que le conseiller Hiver.

La directrice a l'air d'une bonne directrice comme on ne les aime pas, mais c'est bien aussi si Nour a un peu d'opposition. La liste des cours me rend curieux et, évidemment, j'ai hâte de voir si Nours va pouvoir la moucher ! (cela serait bien mérité)

Pour la structure, je vois trois soucis :

- la présentation d'Anya comme si Nour la connaissait est très étrange. Soit il faut ajouter qu'Oren lui raconte plus tard, soit il faut la reporter. Dans une idée d'éviter le "has you know bob", je pense que tu peux laisser ses actions la décrire. Elle est suffisamment clichée pour ça de toute façon.

- Lorsque les élèves s'en vont, ce n'est pas clair que les jumeaux restent. Une petite entrée en matière du genre "il ne resta qu'Anya, les deux défenseurs de Nours, ses amis autour d'elle" serait peut-être plus compréhensible.

- L'arrivée du gardien introduite par un dialogue est très difficile à comprendre. J'ai l'impression que tu as tendance à faire cela, car ce n'est pas simple de changer de paragraphe pour introduire un nouveau thème, mais pour le lecteur un dialogue en début de paragraphe c'est vraiment un gros manque de contexte.

Les dialogues sont pas mal sinon, surtout que ce n'est pas évident avec autant de personnages, mais ils arrivent à rester clairs. Bravo pour ça !

À bientôt pour la suite !
sifriane
Posté le 21/12/2022
Salut,
Pour Anya, j'ai remanié plusieurs fois les chapitres, et j'ai dû m'embrouiller un peu, je vais relire ça.
Ah ah, je vois que tu as bien cerné un mes soucis, merci de le pointer ça va me permettre de faire plus attention. Tu me diras si ça s'arrange par la suite.
Je note toutes tes remarques qui m'aide beaucoup, et merci pour les encouragements ça fait plaisir.
A bientôt :)
MichaelLambert
Posté le 10/12/2022
Bonjour Sifriane,
Voilà un chapitre où on sent que des choses importantes se mettent en place où de nouveaux personnages arrivent, c'est intéressant.
Dans ton tout premier paragraphe, tu utilises un cliché en disant que Malaken agit comme toute bonne mère qui se respecte. C'est peut-être inconscient mais ça a influencé ma lecture pour la suite : je me demandais si les nouveaux venus correspondaient à des clichés ou non. Anya a tout du cliché de la peste mais le fait qu'elle soit une elfe est un contraste bien trouvé. Que Mme Vilain soit jolie c'est encore plus clair ! Et là j'ai senti qu'il y avait une piste pour Nour dans ce monde : ne pas se fier aux clichés, aux apparences.
Enfin, j'aime bien le personnage du gardien mais je n'ai pas tout compris de ses conseils surtout quand il lui dit de profiter du voyage (quel voyage ?) et utilise une double négation "c'est pas dans ton intérêt de pas l'ébruiter" (là je t'avoue que je ne vois pas ce qu'il lui conseille en fait !
A bientôt pour la suite !
sifriane
Posté le 11/12/2022
Bonjour,
Je me demande si je ne suis pas trop lente à mettre les choses en place justement ?!
Je me suis pas encore penchée sur le message sous jacent de mon histoire, ce soit être inconscient. (en te lisant je me dis que j'ai eu de bonnes idées haha)
Pour le voyage c'est vrai que le terme est sans doute mal choisi, je vais corriger (la double négation aussi) . En fait le gardien lui conseille simplement de profiter du temps qu'elle passera dans ce monde.
A bientôt :)
Vous lisez