Chapitre 3

Par !Brune!

Le visage crispé, Leïla fixait le soleil couchant, tenaillée par un douloureux sentiment d’abandon. Elle qui appréciait tant ce moment ! Tout était gâché à présent !

— Leïla…

Owen posa une main sur l’épaule de l’adolescente, mais elle se dégagea prestement.

— Allez ! Arrête ton cinéma, Leïla ! Owen n’est pour rien dans la décision de Krabb !

Mais l’intervention de leur copain Milo ne fit qu’augmenter la rancœur de la blondinette qui lança au visage du jeune sourcier :

— Pourquoi tu nous as jamais parlé du don ?

— Parce que t’étais pas au courant peut-être ? continua Milo d’un ton narquois. Tu nous prends vraiment pour des truffes !

—  Toi, je t’ai pas sonné !

— Du calme ! réclama Owen. Vous n’allez pas vous embrouiller pour si peu.

— Pour si peu ! Tu nous caches la vérité pendant des années et du jour au lendemain, tu nous plantes pour aller chercher une source !

— Je m’en serais bien passé, tu sais ! Et puis, Milo a raison ! Tu l’avais deviné bien avant que je te l’annonce ! répliqua l’adolescent d’un ton amer, avant de se murer dans le silence, le regard pointé vers l’horizon.

Un doux parfum de résine sauvage enveloppait la corniche surplombant les pentes dénudées de la montagne où, chaque soir, les trois amis venaient admirer le coucher du soleil. Malgré l’interdit, le trio n’hésitait pas à grimper jusqu’au sommet pour assister, avec enchantement, à la naissance des premières étoiles ; son échappée ne durait jamais longtemps à cause de la température qui chutait très vite, mais jamais il n’aurait renoncé à ces quelques minutes d’ivresse, loin de la caverne et de ses contraintes !

 Tandis que Leïla et Owen rongeaient leur frein, chacun d’eux retranché dans un mutisme réprobateur, Milo, assis en retrait, observait ses camarades avec une indulgence amusée. Derrière leurs mines renfrognées, il devinait les émotions qui les traversaient. À l’air faussement détaché qu’elle affichait malgré son nez pincé, il savait que Leïla cherchait un moyen de s’excuser sans perdre la face. Quant à Owen, la fine nervure qui plissait son front condamnait sans conteste son emportement. Il les connaissait tellement, ces deux-là ! Ensemble, ils avaient usé leurs couches sur les mêmes balançoires et échangé leurs tétines dégoulinantes de bave, ils avaient rabâché les tables de multiplication et massacré les dictées, ils avaient partagé leurs rêves d’aventure et leur envie de voyage. Mais, ce qui les unissait par-dessus tout, c’était leur inavouable désir de fuir la caverne, cette sombre tanière qui les protégeait autant qu’elle les étouffait. Et voilà qu’Owen allait réaliser leur vœu !

— Ça fait un bail qu’on est pote, nous trois ! affirma-t-il soudain, fixant ses compagnons d’un air grave.

Owen et Leïla acquiescèrent en silence, intrigués par le ton très inhabituel de leur camarade d’ordinaire enjoué et gentiment railleur. Devant leurs regards étonnés, celui-ci fourragea dans son épaisse chevelure afin de se donner une contenance.

— Ce serait dommage de se quitter comme ça, non ? 

— Si, admit Owen, navré de s’être fâché.

Leïla qui avait deviné son subterfuge adressa un clin d’œil complice au garçon à la tignasse en bataille.

— T’as raison, gros ! On va pas se laisser faire ! renchérit-elle avec jubilation.

— Qu’est-ce que ça signifie ? interrogea le sourcier, incrédule.

— Ça veut dire qu’on vient avec toi, mon pote ! lança Milo, sa bonne humeur tout à coup retrouvée.

— Tu m’expliques ? demanda Owen, légèrement agacé.

— Ben, rien ! On a eu la même idée, avec Leïla.

— On part aussi, affirma la jeune fille, d’un ton catégorique.

— Attendez ! On ne parle pas d’une virée au sommet d’Entias, les gars ! Krabb lui-même ne sait pas où nous conduira la mission. Elle peut durer des mois ! Vous êtes sûrs de vouloir me suivre ?

— Sérieux ! déclarèrent en cœur Leïla et Milo en jouant les outragés.

— On est ta famille, non ? ajouta soudain la jeune fille dans un murmure.

Owen, ému, ne répondit pas. D’un mouvement de la main, il invita ses deux meilleurs copains à se rapprocher et les serra longuement dans ses bras. L’idée de partager avec eux l’ingrate mission qu’on lui avait confiée le réconfortait au point qu’il accepta leur offre sans présenter plus d’objections.

Il n’en fut pas de même pour Krabb et leurs parents. Si la mère d’Owen avait toujours eu l’intuition du destin qui menaçait son fils, les autres ne purent se résoudre à abandonner leur progéniture avec la même abnégation. Sous la houlette du chancelier, une âpre discussion s’engagea entre les différentes parties, convoquées pour l’occasion, dans la salle du conseil. Fortement opposés au projet de leurs rejetons, les adultes rappelèrent, avec véhémence, les nombreux dangers qui les attendaient au-dehors : températures extrêmes, pluies acides, tempêtes de sable et vents brûlants…

— Sans compter les bêtes sauvages qui rôdent un peu partout ! 

— Entièrement d’accord avec toi, chérie ! affirma le père de Milo. Cette idée est absurde !

— Tant que je serai là, tu ne quitteras pas cette grotte ! décréta, à son tour, celui de Leïla.

— Tu vois pas que le refuge est fini, papa ! Dans deux ans, il n’y aura plus une goutte d’eau. Tu veux mourir ici ou quoi ?

La lucidité avec laquelle s’était exprimée la jeune fille impressionna l’assistance qui, embarrassée, n’osa plus manifester ses doutes. Le chancelier profita de l’accalmie pour intervenir :

— Mes amis, sans confiance, aucun espoir n’est possible. Souvenez-vous, il y a cent ans ! Des hommes et des femmes ont construit ce refuge afin que nous puissions y vivre. Et pendant quatre générations, vous et vos ancêtres avez travaillé dur et accepté maintes privations pour qu’Entias subsiste. Cependant, Leïla a raison ; cette époque est révolue. Aucun autre sacrifice ne pourra sauver notre colonie, à part celui, peut-être, de laisser partir nos enfants…

Quelques protestations d’inquiétude s’élevèrent dans l’assemblée, mais le chancelier les fit taire d’un geste doucement impérieux :

— Chers parents, soyez certains que je partage vos appréhensions ! Même si je les sais en sécurité avec Charcot, accepter la requête de ces courageux jeunes gens est une lourde décision que je ne puis prendre seul. Je vais donc réunir immédiatement les sages et dès demain, nous annoncerons nos conclusions.

L’instant d’après, Krabb incitait, fort courtoisement, ses interlocuteurs à regagner leurs appartements, où, jusque tard dans la nuit, retentit le son parfois houleux de leurs conversations.

Au petit matin, on conduisit Leïla, Milo et Owen qui n’avaient pas beaucoup dormi à la salle du conseil. Krabb s’y tenait seul, plongé dans la contemplation d’un tableau représentant un pont au-dessus d’un bassin parsemé de nénuphars éclatants. Owen toussa poliment pour signaler leur présence ; le vieil homme se retourna et, d’un geste, invita les adolescents à le rejoindre.

— Regardez ! N’est-ce pas émouvant ? Ce n’est pourtant qu’une pâle copie, mais je le chéris de toute mon âme. 

Le chancelier éprouvait, en effet, une joie désenchantée chaque fois qu’il observait la toile dont les nuances irisées déclinaient, avec subtilité, la palette d’un frais matin de printemps. Le sage dodelina de la tête, un triste sourire aux lèvres. « Pauvre fou ! » se dit-il « Te voilà nostalgique d’un monde que tu n’as jamais connu ! ». Lentement, il se détourna du tableau et se dirigea vers la table, engageant le trio à le suivre.

—  Mes chers enfants, il est l’heure de vous annoncer ce que nous attendons de vous.

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.
Carole38
Posté le 24/08/2023
Bonjour Brune,
Nouvelle sur le site, tu es la 3ème personne que le lis et à vrai dire, je n'ai pas grand chose à ajouter aux commentaires précédents. J'adore cette histoire !
Ton intrigue tourne bien. Les dialogues sont efficaces. On est à cheval entre la SF et le magique effectivement. Trop bien!
Promis, je vais lire ton histoire jusqu'au bout et laisser des commentaires même si elle a été publiée l'an dernier. J'ai constaté que tu n'avais pas eu de commentaires à la fin. C'est un peu dommage.
En tout cas je vais essayer.
Merci et Bonne continuation !
Carole
!Brune!
Posté le 25/08/2023
Bonjour Carole,
Bienvenue à toi ! Merci pour ta lecture et ton retour enthousiaste.
Concernant la publication, j’ai effectivement commencé cette histoire il y a plusieurs mois, mais je publie les chapitres au compte-gouttes, ce qui fait que le dernier n’est pas si ancien…
Je pense publier prochainement le début du tome 2.
Quant aux lecteurs qui, comme toi, ont la gentillesse de poster leurs commentaires, je les lis toujours avec plaisir et curiosité, quel ques soiten le temps et la forme qu’ils y consacrent ;-)
As-tu l’intention de publier quelque chose sur le site ? Si oui, je serais heureuse de découvrir ton univers.
À bientôt  !
Carole38
Posté le 28/08/2023
Bonjour Brune,
Ravie de savoir qu'il y aura un tome 2!
Oui, j'ai l'intention de publier quelque chose peut-être dans les prochains mois, à cheval entre la SF, les problématiques environnementales et la réécriture d'un mythe connu... pour le moment j'observe et je prends des notes (conseils d'auteurs connus, lecture de chefs-d'œuvre de SF, lecture d'auteurs sur PA etc.) J'ai déjà plein de pages de notes mais il me faut peaufiner encore mon intrigue... je te tiendrai au courant.
Bonne continuation Brune!
A bientôt
Claire May
Posté le 16/05/2023
Bonjour Brune !
Très beau chapitre encore une fois, c'est simple et précis, avec beaucoup de fluidité entre les scènes. L'amitié entre les adolescents est touchante et cette aventure promet plein de péripéties !
Un plaisir de te lire,
A bientôt,
!Brune!
Posté le 18/05/2023
Merci beaucoup Claire,
J'espère que la suite te plaira tout autant ;-)
Saphir
Posté le 24/02/2023
Salut !

Très bon chapitre, encore une fois ! (Pourquoi ça changerait ?) J'aime beaucoup la complicité entre Owen, Leïla et Milo, tu la décrit très bien.
J'adore la façon dont Milo étudie les expressions faciales de ses amis, il les connait vraiment trop bien x)

Attention, par contre, à faire en sorte que l'on sache toujours qui parle dans les dialogues (enfin, c'est mon avis), parce que je me suis un peu perdue à quelques passages du chapitre... Après, c'est peut-être juste moi.

Aucune autre remarque à faire, tout est très bien. Les descriptions, les interactions entre les personnages... Bref, j'adore ton histoire ! Je suis vraiment plongée dans l'intrigue, et c'est avec joie que je files vers les chapitres suivants !
!Brune!
Posté le 24/02/2023
Bonsoir Saphir,
Merci beaucoup ! Je suis ravie de voir que cela te plaît ;-)
LucidNightmare
Posté le 28/12/2022
Ça avance bien, on apprend de plus en plus de choses sur ce monde :)

J'ai l'impression que certaines scènes sont alourdies par un surplus de dialogues. C'est pas trop gênant, mais je pense que tu maitrises suffisamment bien les descriptions pour éviter de devoir écrire explicitement certaines conversations.

Aussi, j'étais étonné que Krabb ne mentionne pas la brigade du commandant Charcot pour rassurer les parents (comme il le fait dans le chapitre 2 pour rassurer Owen).

Enfin, il faudra remettre les chapitres dans le bon ordre sur la page principale de l'histoire :)
!Brune!
Posté le 28/12/2022
Merci pour ton retour LucidNigthmare,

C’est vrai, les dialogues, c’est mon péché mignon ! Je trouve qu’ils apportent du souffle au récit, qu’ils le rendent vivant ; mais je vais réfléchir à ta suggestion.
Concernant le premier chapitre, je t’ai écouté. J’ai supprimé le paragraphe sur Paul, l’aïeul et je l’ai intégré sous un autre format au 2e chapitre.
À bientôt !
LucidNightmare
Posté le 28/12/2022
Oui j'ai vu !
C'est très bien comme ça :)
Vous lisez